Passer à l'ouverture de session client Passer au contenu principal Passer au pied de page

Veuillez choisir votre langue de préférence à droite de l’écran

Langues - Canada

Le point sur les marchés

28 janvier 2019

Croissance en vue?

Perspectives du marché boursier indien : En 2019, nous voyons que le contexte économique devient plus favorable aux marchés des actions.

Partout dans le monde, la plupart des catégories d’actifs ont fini l’année 2018 dans le rouge sur fond de préoccupations économiques liées, en particulier, à la volatilité du prix du pétrole brut, à la vigueur du dollar américain et à la hausse des taux obligataires. Les événements géopolitiques et les enjeux nationaux en Inde, notamment la hausse des taux d’intérêt et les élections qui se tiendront prochainement dans les États, ont aggravé les craintes des investisseurs.

Nous avons bon espoir de voir le contexte macroéconomique s’améliorer et devenir plus favorable aux marchés boursiers en 2019. En effet, l’économie américaine connaîtra peut-être un atterrissage en douceur, car il est possible que la Réserve fédérale des États-Unis assouplisse sa position sur les taux d’intérêt, ce qui pourrait réduire la pression à la hausse sur le billet vert.

Une amélioration des fondamentaux macroéconomiques de l’Inde est également envisageable. Le prix du pétrole pourrait évoluer dans une fourchette figée, et la roupie indienne, se stabiliser à la faveur d’une inflation toujours modeste. De plus, la Banque de réserve de l’Inde a signalé qu’elle se montrera plus accommodante en 2019.

Si l’économie s’améliore effectivement en 2019, un des principaux moteurs sera probablement l’augmentation de la consommation intérieure, soutenue par les investissements publics et privés, en particulier dans les infrastructures.

En fait, l’augmentation de la consommation intérieure s’inscrirait dans une trajectoire de croissance continue, tirée par des facteurs démographiques favorables, une urbanisation croissante et la transformation du pays en économie organisée.

L’économie pourrait aussi bénéficier d’une hausse des dépenses discrétionnaires de l’importante classe moyenne de l’Inde, ainsi que de sa classe aisée (représentée par les 1 % de personnes les plus riches) en expansion. De plus, en cette année électorale, les dépenses de relance du gouvernement pourraient donner un coup de pouce aux personnes à revenu modeste vivant dans les régions rurales.

Dans le secteur privé, les bilans des banques s’améliorent. La croissance du crédit pourrait demeurer forte, car les banques interviennent pour aider les sociétés financières non bancaires, qui ont été accablées par des portefeuilles de prêts non productifs. Malgré les défis du secteur du logement en 2018, les réformes telles que la Real Estate (Regulation and Development) Act et la Affordable Housing Act pourraient relancer les investissements immobiliers au cours des prochaines années.

Par ailleurs, le gouvernement continue d’investir dans le développement des infrastructures, notamment routières et ferroviaires. Ces projets monopolisant des capacités de production croissantes, nous pourrions bientôt voir une hausse des investissements privés dans ces types de projets.

En ce qui concerne les bénéfices, les sociétés financières non bancaires et les banques axées sur les opérations de gros connaîtront peut-être un passage à vide, mais la croissance générale des bénéfices du marché devrait rester favorable. D’après nos estimations, les bénéfices d’un grand nombre de sociétés de l’indice NSE Nifty 50 pourraient s’inscrire en forte hausse au premier semestre de 2019.

À l’aube de 2019, l’Inde et les autres marchés émergents semblent offrir un potentiel de risque et de rendement intéressant sur fond d’accélération de la croissance, de fondamentaux économiques favorables, de bilans robustes et de valorisations selon nous raisonnables. Par conséquent, nous verrons peut-être s’inverser les sorties de capitaux qui ont caractérisé les marchés boursiers en 2018. De plus, l’Inde pourrait profiter d’une liquidité intérieure soutenue, en partie grâce au régime d’investissement systématique, qui permet aux citoyens indiens d’investir régulièrement sur leurs marchés.

Les marchés pourraient s’améliorer en 2019

Après une excellente année 2017, le marché a connu une année de consolidation en 2018. En monnaie locale, l’indice NSE Largecap Nifty 50 a perdu environ 8 % par rapport à son sommet, alors que les indices des titres à moyenne et à faible capitalisation ont chuté de presque 20 % et 35 % respectivement. Les bénéfices remontant la pente, les multiples de valorisation, qui étaient relativement élevés, ont corrigé en même temps que les marchés.

À l’heure actuelle, l’indice NSE Largecap Nifty 50 se négocie à environ 18 fois les bénéfices prévus à un an, ce qui dépasse d’environ 10 % la moyenne à long terme.

Pour autant, en raison de la visibilité accrue des résultats, nous jugeons les valorisations raisonnables. De plus, si les perspectives de croissance s’améliorent, cela pourrait stimuler la progression des marchés en 2019 et se traduire par des rendements d’un peu plus de 10 %.

Les prochaines élections générales indiennes assombrissent les perspectives de l’économie et des marchés. En effet, l’analyse de la performance des marchés à l’époque des dernières élections générales montre que les rendements des périodes de six mois précédant et suivant les élections sont majoritairement positifs.

Par ailleurs, l’investissement étranger en Inde se redresse généralement une fois dissipée l’incertitude causée par les élections. De toute évidence, même si les élections peuvent entraîner des faiblesses passagères, le marché renoue avec ses fondamentaux peu de temps après, car sa performance dépend principalement de la robustesse de l’économie.

Nos thèmes de placement pour 2019 sont la finance (banques privées, banques d’affaires et certaines sociétés financières non bancaires) et la consommation (de base et discrétionnaire).

Articles Connexes